Skip to content

Des éco-innovations de l’UE aident des industries du cuir en Egypte et en Tunisie à boucler la boucle

Adopter des éco-innovations est bénéfique pour le chiffre d’affaire et pour l’environnement.
Publié le 30/05/2018

Related CornerPages:

Le cuir constitue un problème majeur en Afrique du Nord. En Tunisie par exemple, l’industrie du cuir, en incluant des secteurs affiliés comme la production de chaussures en cuir, représente plus de 4,5% des exportations nationales. Néanmoins, à part d’être un créateur d’emplois et une source de revenu importants, les secteurs du cuir et du tannage jouent aussi un rôle central dans la consommation des ressources naturelles et sont à l’origine du rejet d’effluents dans l’environnement. Tandis que l’impact environnemental provenant de la production de chaussures et d’autres biens en cuir est limité à la production de déchets de cuir, les tanneries produisent – durant et à la fin de leur processus industriel – de grandes quantités d’effluents liquides, de déchets solides (des sels provenant du stade de la conservation, des graisses, des poils provenant de l’écharnage et de la séparation des différentes couches de peaux) et d’émissions (sulfures). En ce qui concerne les effluents produits par les tanneries, un problème majeur survient dans les unités de traitement qui ont des capacités insuffisantes et ne peuvent pas éliminer toutes les substances polluantes (chrome, DCO, chlorures) qui sont utilisées pendant les phases de conservation et de trempage dans un bain.

Dans le contexte du programme SwitchMed, financé par l’UE, l’ONUDI, en coopération avec des partenaires locaux, vise l’amélioration de la performance environnementale des industries dans la région sud-méditerranéenne. Cet aspect du programme est principalement couvert par le projet MED TEST II, pendant lequel 130 entreprises démontrent les avantages de l’adoption de la Production Propre et Econome en Ressources (PPER). De même, l’ONUDI promeut également des applications éco-innovantes de l’UE dans les industries en Egypte, au Liban, au Maroc et en Tunisie. Cette activité rapproche des applications, qui sont prêtes pour la mise sur le marché, des industries dans les quatre pays, avec le potentiel de réaliser des améliorations non seulement pour les entreprises mais aussi pour l’environnement. Pendant des évènements business-to-business (B2B) organisés par l’ONUDI, des partenariats commerciaux ont été encouragés afin de promouvoir la création d’opportunités en relation avec des emplois verts et de fournir des solutions pour le problème d’eaux usées auquel les tanneries sont confrontées.

Une des éco-innovations qui a été présentée pendant les activités de réseau, dans le contexte du programme SwitchMed, est provenue de la part d’INESCOP. Fondée en 1971 en tant qu’un centre espagnol pour la technologie et l’innovation, INESCOP opère aujourd’hui en tant qu’association privée et sans but lucratif en se concentrant sur la recherche de solutions alternatives pour le secteur de production de chaussures en cuir. Avec plus de 45 ans d’expérience, INESCOP fournit des services de technologie, des formations, de la recherche et du développement à l’industrie du cuir.

Parmi d’autres, INESCOP a développé une technique nouvelle et brevetée (formulation) basée sur l’oxazolidine (OXATAN), qui permet d’un côté la réduction de l’impact environnemental et de l’autre côté la production de cuirs de haute performance avec des propriétés qui peuvent être adaptées pour des chaussures, du rembourrage et d’autres secteurs de production de biens en cuir. Cette solution éco-innovante consiste en un nouveau processus de tannage du cuir à l’oxazolidine en combinaison avec des agents de tannage synthétiques ou végétaux. Le cuir obtenu par le nouveau processus a une forte résistance physique, ainsi qu’une douceur, une souplesse, une plénitude et une flexibilité adéquates. Cette solution permet  la minimisation de l’impact environnemental non seulement lors du tannage du cuir mais aussi à la fin du cycle de vie du matériel comme le recyclage des chutes de cuir et des produits usés est facilité grâce à l’absence de chrome dans leur composition.

Pendant plusieurs évènements B2B dans le contexte du programme SwitchMed dans les trois pays, INESCOP a présenté non seulement sa technique de tannage qui est respectueuse de l’environnement mais aussi d’autres solutions écologiques pour les secteurs du cuir et de production de chaussures, ainsi que sa compétence afin de fournir un appui de formation et de recherche à ces industries. 

Du fait des activités de rapprochement en Tunisie, INESCOOP a signé un partenariat avec le Centre National du Cuir et Chaussures (CNCC) visant la formation et le développement de compétences en relation avec l’amélioration de la productivité, ainsi que la diminution des coûts et des effets négatifs sur l’environnement causés par l’utilisation de produits chimiques dans les tanneries. Ce programme de formation vise les concepteurs et techniciens de chaussures et de produits en cuir ainsi que les ingénieurs du CNCC. Le commencement du programme est prévu pour le premier trimestre 2018.

En Egypte, des étapes initiales de coopération ont été réalisées avec le Ministère du Commerce et de l’Industrie (MCI). La première étape porte sur la mise en place d’une nouvelle tannerie de 50 000 m2, équipée d’une technologie de pointe écoresponsable, développé par INESCOP, qui approvisionne les services publics en cuir. Ce projet vise la création d’une centaine d’emplois et un site de production avec un chiffre d’affaire d’environ 4 millions d’euros par année. Un cadre de coopération est aussi envisagé pour un deuxième projet afin de mettre en place une nouvelle usine pour la production de gélatine depuis des déchets de cuir non tannés provenant de tanneries locales.